Comment éviter les impacts sur un pare-brise ?

Retrouvez ci-dessous les réponses aux questions fréquemment posées. Si vous ne trouvez pas l’information que vous recherchez, contactez-nous.

Contactez-nous

Exposé à de multiples agents extérieurs, le pare-brise est la cible potentielle d’une série de projections et chocs lié à des accidents ou certains phénomènes météorologiques dont la force d’impact, plus ou moins violente, est susceptible d’endommager son vitrage.

Or, un simple éclat contenu à l’intérieur des couches de verre, même s’il semble, dans un premier temps, ne laisser apparaître aucun signe de gravité, peut rapidement dégénérer et prendre une allure beaucoup plus inquiétante, au point d’obérer la solidité de l’ensemble et dégrader les conditions de sécurité du conducteur : en effet, à partir d’un impact situé en profondeur, une ou plusieurs fissures sont à même de se diffuser en surface, dans un délai parfois très court : trois semaines !

 Il faut savoir qu’à ce stade, la réparation n’est plus une solution envisageable : le remplacement pur et simple du pare-brise abîmé s’impose comme une nécessité absolue. Pour éviter d’en arriver là, quelques gestes adaptés et attitudes préventives sont à respecter en amont. Lesquels ?

 

Comment peuvent se créer les fissures sur un pare-brise ?

 

Le contact avec des matériaux inertes, légers et très durs comme les granulats et les petits cailloux est un risque à prendre en considération sur les zones de travaux gravillonnées : les voies rapides sont particulièrement sujettes à ce type de projections provoquées par la vitesse des véhicules qui chassent ces fragments par l’arrière. Il faut donc veiller à respecter les distances de sécurité avec l’automobile qui vous précède. Et bien sûr éviter de serrer de trop près une benne chargée de gravats.

L’autre risque, peut-être le plus fréquent, souvent le plus sous-estimé, est le choc thermique causé par d’importantes différences températures entre l’intérieur et l’extérieur du véhicule. L’hiver, lorsque le thermomètre plonge dans des valeurs négatives, le verre du pare-brise se contracte et se fragilise sous l’effet combiné du gel et du chauffage enclenché pour résorber la présence de givre. Phénomène inverse en été quand la climatisation mise en marche dans l’habitacle confronte un air ambiant refroidi artificiellement à un pare-brise naturellement surchauffé par le soleil. Dans les deux cas, la forte amplitude thermique exercée sur les couches de verre peut entraîner des dilatations et des déformations d’où naissent des fissures. Pour parer ce risque, il est fortement recommandé de modérer les écarts de températures entre la surface interne et externe du pare-brise :

L’été, en pondérant la puissance de la climatisation et en veillant à stationner le véhicule dans une zone ombragée.

L’hiver, en évitant de dégeler les vitres du véhicule à grands coups d’eau bouillante, et en privilégiant un dégivrage progressif.

 

Comment faire pour stopper une fissure sur un pare-brise ?

 

A partir de 30 centimètres de longueur, une fissure nécessite l’intervention urgente d’un professionnel comme France Pare-Brise. Pour les fêlures de taille plus modeste (moins de 10 cm), de menues réparations du pare-brise peuvent être mises en œuvre, de manière artisanale, pour éviter que le bris de glace ne s’aggrave et se propage : l’opération la plus technique et délicate consiste à injecter de la résine au cœur de l’impact, et à finir le travail par un polissage au moyen d’une lime. Des kits spéciaux, commercialisés dans les enseignes spécialisées dans l’entretien automobile, proposent ce type de panoplies (les plus bricoleurs vont jusqu’à utiliser des limes électriques et des fraiseuses spécifiques pour perforer la première couche de verre). Un traitement beaucoup plus simple, et très temporaire, préconisé par de nombreux usagers, se résume à l’application d’une gousse d’ail contre l’impact. En vertu de ses propriétés adhésives, la chair de ce légume aurait la capacité d’agir comme une colle naturelle et de stopper provisoirement la progression d’une fissure encore légère.